Prothèses

Matériaux

 

La légèreté, la résistance, la solidité, la tolérance cutanée, les échanges thermiques facilités sont des qualités nécessaires aux matériaux utilisés pour les emboîtures. Ils doivent cependant pouvoir être travaillés.

Jusqu'à la première Guerre Mondiale, le boisfût en bois pour prothèses était considéréemboîture en bois comme le meilleur matériau pour réaliser les emboîtures des jambes artificielles. La matière est noble bourrée de qualités mais délicate et longue à travailler et seul un spécialiste peut faire de son métier un art et de ses mains une œuvre d'art. En effet, cela se présente tout d'abord sous la forme d'un fût de peuplier (saule ou tilleul) de bonne dimension. L'orfèvre le creusera à la forme et aux dimensions du moignon. C'est une sculpture intérieure. (+ sur le bois).

 

Longtemps utilisées en France, les emboîtures en cuir renforcées de métal perdaient à la longue leur forme et devenaient de fait non utilisable. Elles absorbent trop bien la transpiration et empestent facilement. Leur utilisation est très discrète aujourd'hui.prothèse en fer (soudures invibles)

Le métal, utilisé dans le passé était lourd et sujet à la corrosion. Introduits au XXe, l'Aluminium et le Duralumin sont légers, mais avec beaucoup de défauts (traces de choc conservées, bruit).

 

Le plâtre armé de métal constitue souvent la première emboîture après une amputation. Il permet de fabriquer rapidement une prothèse afin de verticaliser le patient et d'avoir un rôle bénéfique dans la fonte et la stabilisation du nouveau moignon.

Les résines de polyester et matières plastiques, utilisées depuis 1950, ont cependant des inconvénients : allergies, mauvais échange thermique. Le positif d'un moulage en plâtre du patient sert de base pour la réalisation d'une emboîture certes résistante mais qui supporte mal les fluctuations de volume de moignon.

 

page précédente haut de page page suivante

 

 

retour index


Amputation
Douleur et fantôme
Proyhèses
Sports
Humour
Liens
Site